Les Amis de Svieta

L’histoire d’une jeune fille de Zurupinsk

Olga Igorivna est née le 25 août 1986. Ses parents ont renoncé à leurs droits dès la maternité parce qu’elle souffraient de trop nombreux problèmes médicaux. Elle est restée au Baby House de Nikolaiev (NBH) jusqu’en septembre 1982. Durant cette période, elle a survécu à de multiples opérations chirurgicales, dont certaines très lourdes.
C’est en décembre 2006 que la directrice Olga Ivanovna du NBH, qui était restée en contact avec elle, même après son départ de l’orphelinat, nous a contacté pour nous demander de l’aide pour Olga Igorivna.

Olga Igorivna,en novembre 2006

Une histoire triste et émouvante à laquelle nous voulions contribuer.


À l’âge de 6 ans, Olga Igorivna fut envoyée directement à Zurupinsk (région de Kherson) dans un orphelinat pour enfants invalides où elle a passé 10 ans. Dans cet établissement, elle n’a pas reçu de formation professionnelle et n’a même pas pu effectuer toutes les années scolaires obligatoires car l’orphelinat ne disposait pas du personnel enseignant et de l’infrastructure nécessaire. Quant elle atteignit l‘âge de 16 ans, elle fut transférée dans un home pour personnes âgées simplement parce qu’il n’y avait pas d’autres endroit où la mettre. A presque 20 ans, Olga a décidé de prendre son destin en main et a préparé une proposition pour son futur avant d’aller trouver la directrice du NBH, Olga Ivanovna, pour lui demander de l’aide.
Olga Igorivna doit compléter les années scolaires obligatoires qui lui manquent afin d’atteindre le niveau habituel de fin de scolarité. En parallèle, elle désire acquérir une formation de base en comptabilité ainsi qu’en informatique. Elle a déjà suivi une formation de couturière et ses documents de cours nous ont impressionnés. Même si la vie ne l’a pas épargné jusque-là, elle s’est fixé des objectifs élevés et entend bien les réaliser. Elle veut devenir financièrement indépendante ! Mais pour ce faire, elle doit pouvoir trouver un travail correctement rétribué. Et pour l’obtenir, elle a besoin d’une formation ad hoc, qu’elle ne peut espérer acquérir sans aide financière.
Nous nous sommes donc mis à la recherche d’un sponsor, prêt à s’engager sur la durée (3 ans) et nous en avons trouvé 2 ! Deux généreuses dames suisses prêtes à aider Olga.

Olga Igorivna avec Kathrin Rudolf Zachmann lors de leur rencontre en avril 2007

En avril dernier, lors du voyage de Pascal, la première rencontre avec Olga a eu lieu. C’est une fille intelligente, très motivée, gentille et bien élevée. En sa compagnie, nous sommes mis à la recherche d’une école disposée à l’accepter, malgré son âge et sa scolarité incomplète. Tâche ardue puisque les deux premiers établissements visités ont tout simplement refusé.

 

L’école de Vozkresiensk

Avec un peu de chance et surtout l’aide du Ministère de l’éducation, nous avons trouvé l’école de Snigurivka (à environ 60 kms à l’est de Nikolaiev) qui s’est déclarée prête à prendre le risque d’accepter Olga. En plus de compléter ses années scolaires manquantes, l’école est prête à lui faire suivre (en parallèle) une formation en comptabilité et en informatique.

La plaque officielle de l’école de Snigurivka

L’école est en relativement bon état (selon les standards ukrainiens). Par contre le bâtiment destiné à l’internat est insalubre et nous ne pouvons nous imaginer y faire loger Olga. Elle doit se décider d’ici à fin août et si elle accepte cette école, nous nous chargerons de lui trouver un appartement décent “en ville”.

13 adolescents par chambre et un petit chauffage électrique!

L’école-internat de Snigurivka avait un urgent besoin d’un nouveau réfrigérateur et congélateur afin de pouvoir stocker correctement la nourriture destinée aux repas distribués aux enfants qui fréquentent l’établissement (environ 400 au repas de midi et 80 en “pension complète”). Lors de notre retour à Nikolaiev, le même jour, nous avons acheté un combiné réfrigétateur-congélateur et organisé sa livraison. Ce qui fut fait le lendemain. Eh oui, même en Ukraine c’est possible ;-). La directrice de l’école n’en a pas cru ses yeux et nous a chaleureusement remercié.

 

Le réfrigérateur tel que nous l’avons trouvé et son remplaçant acheté le jour même

À suivre…